9.07.2020 – Les quatre temps d’un art circulaire

Barbara Portailler (Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CMB)

Les quatre temps d’un art circulaire : collecte, amendement, restitution, réemploi des déchets

Faire de l’art avec des déchets, est-ce aussi de l’économie circulaire ou davantage ? Comment regarder nos rebuts autrement, afin d’interagir avec eux selon une relation circulaire ; c’est-à-dire une relation solidaire, à la manière de ce que j’appelle un « voisinage instantané » avec l’ensemble du vivant, y-compris les reliquats ? Nous questionnons ainsi à quelle aune mesurer la « circularité authentique » d’une pratique artistique au sens de Christian Arnsperger et Dominique Bourg (2016). Il s’agirait non seulement d’étudier le réemploi des reliquats d’une pratique artistique, mais également les flux de matière générés par une telle pratique artistique et les valeurs culturelles et politiques en jeu. Il s’agit d’une tentative de définition de ce que j’appelle « art circulaire », comme un paradigme de création circulaire pour contribuer à régénérer à la fois nos reliquats et nos imaginaires, et élargir l’horizon des possibles : zéro gaspillage au niveau micro ; réduction des flux de matières à l’échelle macro et ; et régénération des ressources et des imaginaires sur l’échelle des valeurs.

Nous verrons comment à partir de l’observation de ma pratique artistique, les différentes temporalités des gestes du réemploi, apparaissent comme un indicateur crucial de « circularité authentique » : prendre le temps de la collecte, de l’amendement, de l’exposition ou restitution des reliquats, puis le temps de jachère nécessaire avant le réemploi des reliquats des reliquats ; ou les quatre temps de l’ « art circulaire ». Nous questionnerons donc la mesure du temps comme ressource artistique et esthétique, à contretemps du temps des marché, de l’histoire de l’art et de la hiérarchie des représentations. A l’aune du concept de « Do-It-Together » dans l’œuvre de l’artiste contemporain Tomás  Saraceno et celui de « sculpture sociale » dans l’œuvre de l’artiste Joseph Beuys, nous nous appuierons sur le concept géographique de « circulations », l’esthétique de la relation dans la pensée d’Edouard Glissant, et la profondeur historique de l’idée d’art circulaire, en référence à l’histoire de l’art moderne (Picasso, 1912, Schwitters,1920-1923, Armand, 1969) et l’histoire pré-industrielle du traitement des déchets (Barles, 2005, Compagon, 2015).

Références

Arnsperger Christian, Bourg Dominique, « Vers une économie authentiquement circulaire. Réflexions sur les fondements d’un indicateur de circularité », Revue de l’OFCE, 2016/1 (N° 145), p. 91-125. DOI : 10.3917/reof.145.0091. URL : https://www.cairn.info/revue-de-l-ofce-2016-1-page-91.htm

Kirchherr Julian, Reike Denise, Hekkert Marko, « Conceptualizing the circular economy: An analysis of 114 definitions », Resources, Conservation and Recycling, 2017 (Vol. 127), p. 221-232. https://doi.org/10.1016/j.resconrec.2017.09.005 URL : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0921344917302835

Carlos Vilardebo, «  Accumulations d’Arman », Variance, video 08 déc. 1969 10750 vues 11min 47s URL : https://m.ina.fr/video/CPF10005731/accumulation-d-arman-video.html

Tomás  Saraceno et al., Museo Aero Solar, 2007 – en cours. URL : https://museoaerosolar.wordpress.com/ ; https://aerocene.org/buildit/

Barbara Portailler est artiste plasticienne et enseigne l’économie de la photographie à l’Ecole des Arts de la Sorbonne à  l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ancienne élève de l’école normale supérieure, agrégée d’économie et titulaire d’un master en relations internationales et d’un master en arts visuels, elle rédige une thèse de doctorat en arts plastiques sur les pratiques artistiques à l’épreuve du paradigme de l’économie circulaire, pour laquelle elle a obtenu la bourse doctorale de l’Institut ACTE (CNRS/Paris1). Elle est actuellement attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université Paris 1, doctorante associée au Centre Marc Bloch à Berlin, membre du conseil de surveillance de la coopérative Le 6b et Présidente de l’association Le 6b, à Saint-Denis centre de création et de diffusion culturel. Précédemment, elle a présenté, entre autres, ses recherches sur les réemplois et le D.I.Y., „Reciprocal Gestures in Arts: How One Gesture is Reciprocated and Posted Forward to Another Person – A Case Study of DIY and Upcycling Practices“, lors de la 12e conférence internationale Arts in Society, à The American University of Paris, en 2017. Elle présentera prochainement ses oeuvres sur le réemploi des pensées dans une exposition collective au musée Rosa Bonheur, Chevilly-Larue à l’automne 2020, puis dans une exposition personnelle, « Pensées au carré : collectes sur les rives de l’Oder et d’ailleurs », Europa Universität Viadrina, Frankfurt-Oder, reportée à 2021 puis à l’Institut Français de Berlin.


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.