Séance de lecture Frederick Cooper, What is the Concept of Globalization Good for? (23.11.2017)

Séance 2, Joël Glasmann à propos de Frederick Cooper, « What is the Concept of Globalization Good for? »

 

La séance commence avec une brève présentation et une mise en contexte de l’article par Joël Glasmann. Pourquoi lire ce texte aujourd’hui qui n’est ni un classique, ni un article révolutionnaire ? Joël juge que c’est un texte qui pose un état du débat il y a une quinzaine d’années. Ecrit par historien de tradition marxiste, spécialisé sur l’histoire de l’Afrique, l’histoire sociale et l’histoire du travail, il reflète les travaux théoriques de l’auteur sur l’histoire du colonial (Colonialism in Question, 2005 ; Empires in World History, 2010) et ses discussions des théories de la modernisation, du global et du postcolonial.

Dans le texte, Joël pointe deux éléments fondamentaux : a. la globalisation est une catégorie emic (Harris), produite par les acteurs mais qui ne peut servir les historiens ; b. le terme globalisation pose deux problèmes : global-, qui est une catégorie inadaptée puisqu’il y a toujours des absences et des manques ; -isation : il s’agit donc d’un processus (dont on ne sait pas, j’imagine, s’il est abouti ou non et qu’il est difficile de mobiliser).

L’article se divise en six parties :

Partie 1 : présentation du Stand der Forschung. Il existe trois orientations : 1. Les théories des « banquiers heureux » ; 2. Les lamentations socio-démocrates. Ces deux premiers courants considèrent la globalisation comme un fait ; 3. La posture des « flots et fragments », défendue par exemple par Appadurai qui juge que la globalisation est un processus de différenciation progressif. Cooper en doute.

Les parties 2 à 6 présentent différents cas d’études qui rendent la lecture du texte peu fluide, selon Joël.

Dans la partie 2, Cooper se concentre sur Haïti et en trace une histoire connectée, mais sans parler de mondialisation ;

Dans la partie 3, il aborde la traite transatlantique en soulignant qu’il existe des connexions transcontinentales, sans qu’il ne soit question d’intégration ou de mondialisation ;

Dans la partie 4, il critique l’idée de mondialisation, de proto-mondialisation et la colonisation comme étape de la mondialisation ;

Dans la partie 5, il examine des catégories intermédiaires (réseaux, trans-, …) ;

Dans la partie 6, sous forme de conclusion il appelle à repenser le présent et fait un plaidoyer contre les modes intellectuelles et pour une description riche de la réalité des situations.

S’en suit une discussion générale sur le texte au cours de laquelle différentes questions sont abordées :

Est-ce que Cooper ne saisit pas globalisation de manière trop serrée : ce n’est pas seulement un problème économico-financier ou social. Cela pose la question de savoir si pour parler de « global », il faut qu’un objet concerne véritablement l’ensemble de la planète ou ne vaut-il pas mieux imaginer quelque chose d’intermédiaire ? Cooper n’est cependant pas si tranché, cf partie 5 sur Less than global, more than local. Néanmoins cela pose la question de l’Ausschliesslichkeit et de l’extension de l’objet.

Que signifie le mot « globalisation » : il y a là pour Lukas un vrai problème qui se demande s’il ne faut pas simplement le prendre comme une catégorie de combat. A ce titre, Leyla juge que le mot ne sert à rien et rejoint d’une certaine manière la posture de Cooper qui revendique une attention de tous les instants face à ce concept. S’agit-il simplement d’une catégorie qui vient « d’en bas » ? ou du « sud » ? Cela pose en réalité la question de la nature de la catégorie : emic ou etic ? De fait il n’est jamais clair de qui il est question – les acteurs sont absents ou subsumés dans des catégories problématiques (Etats-Unis, organisation internationales, entreprises multinationales). La vraie difficulté de ce texte est que les acteurs ne sont pas clairement identifiés.

Markus souligne que le fait que le texte est particulièrement difficile à lire, alors qu’il est de 2001 et se demande si le problème ne vient pas de ce que le texte ne fonctionne plus en pratique. Ne vaudrait-il dès lors pas penser que « globalisation » est d’abord une question de rapport au monde et de conscience du monde et dans ce cas ne devrait-on pas plutôt passer par les catégories d’universel/universalisme ?

Divers intervenants signalent également le danger qui consisterait à naturaliser la globalisation et à la figer, comme s’il était arrivé à son terme ou à un état définitif. Or rien n’est moins sûr et les exemples de Cooper et d’autres signalent que d’autres moments de l’histoire ont été identifiés comme des situations achevées. Dès lors la question sur « globalisation » peut être éclairée à travers l’examen de la discussion sur la modernité de Hegel : peut-être que dans un cas comme dans l’autre, il ne faudrait pas chercher à saisir ce qui existe effectivement, mais la dimension normative de la catégorie.

On discute également la difficulté à articuler local et global. Comme Geertz l’avait déjà montré il y a quarante ans, c’est ca la question au fond. Quelles sont les échelles avec lesquelles on travaille ? N’y a t il que du local et jamais de global comme le souligne Latour ; la vraie question n’est elle pas de chercher à saisir les modulations locales du global, comme le suggérait déjà la microstoria ?

Enfin se pose la question de la nécessité de développer un narrative sur la globalisation. Tout narrative est un savoir et il faut savoir quel pouvoir il sert. Qui raconte, et à quelle fin ? La globalisation comme concept n’est sans doute rien qu’un enjeu politique et à ce titre c’est une question de croyance : Dès lors il faut réfléchir dans l’autre sens à la catégorie globalisation et se demander quel enjeu recouvre le mot global, quelle(s) valeur(s) l’accompagnent qui font que sa définition donne lieu à des positionnements idéologiques autant qu’épistémiques.

 

 


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.