Lecture David James (Warwick), Ethical freedom, ‘global’ freedom, necessity and world history in Hegel’s Philosophy of Right (7.12.2017)

Séance 3, David James (Department of Philosophy, University of Warwick), Ethical freedom, ‘global’ freedom, necessity and world history in Hegel’s Philosophy of Right

Ce papier s’inscrit dans le cadre d’un projet d’ouvrage sur la notion de practical necessity en philosophie sociale et politique d’Hobbes à Marx en passant par Rousseau et Hegel. Chez Hegel, cette réflexion se traduit par un conflit entre liberté éthique (qui s’exprime dans la Sittlichkeit) et liberté « globale ».

David James (DJ) distingue deux dimensions dans la notion de practical necessity : une dimension subjective et une dimension objective. Du point de vue des individus, certaines croyances (subjectives) par exemple dans les coûts trop élevés de telle action vont les amener à renoncer à agir de la sorte. Sur le terrain objectif, il y aurait certaines variables sociales et politiques qui contraignent l’action des individus et des États au nom d’une (prétendue) absence d’alternative qui peut être évoquée pour légitimer l’action. On voit ici la potentielle fonction idéologique de la notion de practical necessity.

Selon Hegel, c’est dans la société civile que se réalise la liberté éthique, en même temps que s’effectue l’intégration de la liberté des individus dans l’histoire mondiale et l’identification de chacun avec un « tout », i.e. la conscience d’appartenir à quelque chose de plus grand. La société civile est définie comme une sphère d’interdépendances mutuelles, où les individus peuvent poursuivre leurs propres intérêts individuels et agir d’une certaine façon pour atteindre ces buts et ainsi assouvir leurs besoins. Dans le même temps, pour être capable de pratiquer cette liberté éthique, il faut s’entraîner, développer certaines capacités : l’exercice de la liberté requiert une certaine discipline. Le modèle théorique allie donc contrainte et liberté.

La connexion entre la philosophie du droit d’Hegel et sa théorie de l’histoire mondiale est à trouver dans l’expansion de la conscience de liberté des sociétés européennes, qui correspond à une évolution vers un autre niveau de droit (social ethics). Sa conception de l’organisation politique du monde est hobbesienne : une fédération d’États indépendants qui ont le pouvoir d’imposer leurs vues sur la scène internationale et qui tentent de supprimer les obstacles pour atteindre un état d’absence de contraintes. C’est ici qu’apparaît sa réflexion sur la colonisation comme tendance naturelle des États à s’étendre dans le monde au-delà de leurs frontières territoriales, en essayant de faire sauter tous les obstacles sur la route de leur expansion.

Après la présentation, la discussion s’est concentrée sur deux points : le lien entre liberté et esprit (Geist) et celui entre practical necessity et colonisation.

  • Comment connecter les réflexions d’Hegel sur l’esprit et celles-ci sur la liberté éthique ?

Si le jeune Hegel s’enthousiasme pour la Révolution française, la Terreur est pour lui le signe qu’une conception absolue de la liberté, trop abstraite, ne peut être mise en pratique.

La nécessité de la colonisation est à chercher dans le concept historique de la liberté : il s’agit de l’imposition, du déploiement de la conscience (européenne) à des populations qui n’auraient pas cette conception fondée sur la croyance en quelque chose d’absolu (e.g. Dieu).

 

  • L’État est-il le seul agent possible sur la scène internationale ? Et comment relier la question de la colonisation et celle de la practical necessity ?

Selon Hegel, c’est l’État moderne qui réalise, met en pratique le concept de liberté dans l’histoire ; il est légitime dans ses tentatives d’élever son niveau de conscience de la liberté. Seuls les États ont un pouvoir suffisant pour faire cela sur la scène internationale. Il y a un impensé dans ses réflexions sur la nécessité de la colonisation : il n’anticipe aucune sorte de résistance dans les pays colonisés, comme si ceux-ci étaient des espaces vides où peut se déferler sans obstacle la puissance des États colonisateurs. Les mécanismes à l’œuvre dans la société civile créent certains problèmes : la surproduction, le sous-emploi, la surpopulation. Il y aurait une nécessité pratique à s’étendre au-delà des frontières. L’État moderne est contraint d’agir de cette manière, même si les hommes politiques comme individus ne sont pas persuadés sur le plan idéologique que la colonisation est bonne (pour des raisons religieuses, par exemple). Pour Hegel, le développement de l’État moderne est lié intrinsèquement au processus de colonisation. Mais le nombre de territoires sur la planète étant limité, cela va déboucher sur un état de guerre sur la scène internationale.

 


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.