13.06.2019 – Les “entrelacements” de la Méditerranée orientale

13.06.2019

Angelos Dalachanis (École française d’Athènes)

Les « entrelacements » de la Méditerranée orientale : Pour une approche globale d’Egypte et de Palestine à travers l’étude de leurs populations grecques (mi XIXe – mi XXe siècles)

L’historiographie sur les différents pays du Proche-Orient arabe aux XIXe et XXe siècles ne franchit que rarement les limites des périodes chronologiques fixées par le statut politique: elle se focalise soit sur la période ottomane, soit sur celle coloniale, ou encore sur la période des États-nations. Cet enfermement de l’analyse à l’intérieur d’une stricte périodisation peu questionnée s’ajoute un cloisonnement spatial. Même les études qui abordent plus d’une période ou la transition entre deux périodes (de l’ottomane vers la coloniale ou de la coloniale vers la nationale), s’astreignent souvent aux limites territoriales très largement affectées par le récit national des États-nations actuels. Cela a des répercussions sur les populations minoritaires qui sont généralement étudiées dans leur spécificité géographique ou étatique et non dans l’ensemble de la région et/ou dans leur relation avec les pays voisins. A travers l’étude d’une population minoritaire mais dispersée comme les Grecs d’Egypte et de Palestine, je propose à restituer l’unité de la région, non pas au détriment mais de pair avec ses spécificités géographiques, administratives et autres.


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.