Barbara Portailler

Discipline : pratique artistique et sciences de l’art, sociologie de l’économie, économie industrielle, photographie plasticienne

Barbara Portailler est une artiste-chercheure qui se consacre jusqu’à présent aux relations entre art et société, et particulièrement aux pratiques artistiques et économiques du réemploi des déchets. Doctorante en arts visuels et sciences de l’art, elle est attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle enseigne la pratique photographique, ainsi que l’économie de la production photographique. Depuis 2012, elle est membre du laboratoire Institut ACTE, Paris. Depuis 2014, elle est également artiste en résidence au centre de création et diffusion culturel Le 6b, Saint-Denis. En tant qu’artiste-chercheure, elle a participé à de nombreuses expositions personnelles et collectives d’art contemporain. Elle a rejoint le Centre Marc Bloch depuis le 1er juin 2019 en tant que doctorant associé avec une bourse du programme d’échange « Pensés françaises contemporaines » de la Europa-Universität Viadrina avec l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Ancienne élève de l’école normale supérieure, agrégée de sciences économiques et droit et diplômée en relations internationales à l’Institut de hautes études universitaires de Genève, elle a travaillé pendant dix ans dans les domaines des droits de l’homme et des énergies renouvelables, avec pour fil commun la question des communs. Parallèlement, elle reçoit des prix pour son travail de photographe et son travail est exposé dans diverses expositions collectives. En 2013, elle reprend des études, en arts visuels et sciences de l’art afin de concentrer ses travaux sur les interactions entre art et le savoir. En 2013, sa première œuvre questionnant l’économie réemploi, intitulée “Ce qui reste est ce qui est transmis”, est vendue plusieurs fois à Christie’s, à Paris.

Ses recherches portent sur l’interface entre pratiques artistiques et économiques. Son intérêt est: la question de la circulation des déchets et le prétendu nouveau paradigme proposé par les pratiques industrielles de réemploi, mises à l’épreuve des pratiques artistiques. Plus spécifiquement, elle poursuit actuellement des  travaux de thèse, sous la direction de Pr. Yann Toma, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, avec pour intitulé : « Art circulaire. Pratiques artistiques et circulations économiques à l’épreuve du réemploi des déchets ». Ce problème est exploré en comparant sa pratique artistique de réemplois participatifs et la dimension économique et historique des déchets comme dénominateur commun, avec les autres pratiques artistiques de l’échange dans l’histoire de l´art (Joseph Beuys, Robert Filliou, Tomas Saraceno) et la sociologie de l’art (Jacques Rancière, Edouard Glissant) et les circulations économiques à l’œuvre dans les autres pratiques de réemploi des déchets en économie sociale et solidaire et en agro-économie.