Vortrag: Elsa Dorlin (Paris VIII), Se Défendre. Une philosophie de la violence (2.05.2018)

Présentation: Se Défendre. Une philosophie de la violence

Elsa Dorlin, Professeure de philosophie à l’université Paris VIII, est venue présenter ses dernières réflexions sur les évolutions inquiétantes de l’usage de la violence par l’État français, à partir des outils conceptuels développés dans son dernier ouvrage, Se Défendre. Une philosophie de la violence (La Découverte, 2017).

Elsa Dorlin part du constat que d’une part, l’État étend l’usage de la violence, non plus seulement à des lieux de manifestations habituels mais à des lieux de vie (comme la ZAD de Notre Dame des Landes), et d’autre part, déploie une rhétorique de la défense pour légitimer sa violence de plus en plus importante et disproportionnée.

Il faut comprendre l’extension et l’intensification de la violence à partir d’une généalogie impériale de la violence et de son retour en métropole : la violence extrême qui a été perpétrée dans les colonies puis dans les DOM-TOM n’a pas pu rester sans effet sur la pratique métropolitaine. Et c’est précisément ce qu’Elsa Dorlin constate en parlant d’un “colonialisme intérieur“ ou encore d’une “gouvernementalité coloniale“ dans le prolongement de la généalogie foucaldienne du biopouvoir : les vies sont désormais discriminées selon un continuum de la “vie tuable“ à la “’vie maximale“

Le pouvoir s’exerce donc de façon de plus en plus différenciée : de ceux que l’on laisse sans protection, voire même que l’on expose délibérément à la violence (économique, environnementale, policière, etc.) à ceux à qui l’on permet une maximisation de la vie dont la défense est alors légitime.