Vortrag: Stanislas Meda Bemile (Ministry of Culture, Arts and Tourism, Burkina Faso / WiKo-Berlin), „Mobility, Family Cohesion and the Changing Media of Remembering : the History of a West African Family“ (1.02.2018)

Dr. Stanislas Meda Bemile, fellow du Wissenschaftkolleg pour l’année 2017-2018, ancien ministre et cinéaste, vient nous présenter ses travaux sur la famille. Le projet, qui s’intitule BIOBIR (le jour, ou la graine du futur) inclut un livre, rédigé par Carole Lentz et Isidore Lobnibe (frère et sœur de Stanislas) sur les « Patterns of migration » et un film que réalise Stanislas à partir d’archives de famille, de photos et d’entretiens sonores, ainsi que de musiques. Il s’agit d’écrire 150 ans d’évolution de la famille Yob (qui signifie « voyage »).

Il s’agit de comprendre comment le déplacement crée et change la famille (une famille qui passe en 1936-1937 de l’animisme au catholicisme et semble donc changer complètement de repères).

  1. Meda Bemile commence par nous exposer les définitions de la famille dans le contexte du Burkina Faso et au Ghana (la famille vit des deux côtés de la frontières, et donc déjà entre deux langues, le français et l’anglais).

Il nous expose la relation parentale, la fratrie (qui consiste dans tous les membres d’une même génération, et donc inclut les « cousins ») avec ses mécanismes de solidarité où les grands frères sont les couvertures des plus jeunes.

La famille est bien une institution, avec ses rites (réunions de famille sous l’arbre), elle vit une forme de dispersion avec la globalisation mais se réunit encore grâce aux réseaux sociaux. Malgré cette dispersion les symboles restent forts et sont réinterprétés, comme le fétiche de la famille (protecteur contre les razzias) qui est réintégré sur le blason du frère devenu évêque catholique.

Les noms des enfants sont également des sources d’enseignement et de compréhension. Car nommer, c’est poser les principes des générations à venir. Dans cette vision, c’est le patriarche qui gère le futur de sa progéniture, notamment en la nommant, et donc en lui donnant, en quelque sorte, une mission sur terre (c’est très différent d’une vision de la généalogie qui remonte aux ancêtres).

Dr. Bemile nous a exposé et montré des films d’une famille conçue comme une véritable cosmogonie, éclatée entre plusieurs continents, mais qui continue à s’ancrer dans un territoire particulier, entre Burkina et Ghana (« Puobelang », le non alignement sur la source intérieure éloigne de la source universelle). Il nous a exposé ses recherches qui l’amènent à s’interroger sur sa propre famille, mais aussi à accomplir son propre rôle au sein de la fratrie, un rôle qui lui a été assigné par l’ancêtre commun.