04.02.2021 – La constitution sociologique des catégories de Durkheim à Lévi-Strauss

Gemeinsame Sitzung mit dem FSP4

Georges Faraklas (Panteion-Universität Athen)

La constitution sociologique des catégories de Durkheim à Lévi-Strauss
Les concepts sont constitués sur la base de la relation d’opposition. Le structuraliste Lévi-Strauss tire cette idée de la rectification d’une hypothèse concernant l’origine totémique des catégories de l’entendement due aux positivistes Durkheim et Mauss et développée dans les Formes élémentaires de la vie religieuse, rectification inspirée par une remarque critique du philosophe Bergson nous invitant à détacher la forme oppositionnelle du contenu des totems. Toute cette ligne de pensée s’oppose à l’idée de Lévy-Bruhl, dans Les fonctions mentales dans les sociétés inférieures, selon laquelle les „primitifs“ seraient étrangers à la pensée rationnelle, et elle aboutit à une réhabilitation en apparence paradoxale d'(une certaine lecture de) la méthode hégélienne de constitution des concepts dans le cadre de l’étude des sociétés. Chez Hegel comme chez Durkheim, il s’agit au départ de comprendre comment les catégories changent. Chez les deux, les concepts proviendraient de la sphère religieuse dont ils se rendraient indépendants, et c’est ainsi qu’ils acquerraient la possibilité de nous faire connaître ce qui n’est pas le produit de la société. Dans les deux cas la religion produirait les concepts dont la connaissance scientifique fera un usage plus précis et elle le ferait au moyen d’une méthode de mise en opposition qui demeure celle selon laquelle seront produits les concepts au sein de la connaissance. L’évolution de la question après Durkheim la rapprocherait de Hegel.
 
Georges Faraklas est né à Athènes en 1962. Il a étudié la philosophie à Paris, où il a soutenu sa thèse dirigée par Bernard Bourgeois sur L’individualité dans la philosophie du droit hégélienne en 1994 à l’Université Paris I. Hormis des articles en grec, en français, en anglais, en allemand et en italien, sur la philosophie politique, l’épistémologie des sciences sociales, l’idéalisme allemand, la philosophie contemporaine allemande et française et la philosophie grecque contemporaine, il a publié les ouvrages Machiavel. Le pouvoir du prince (PUF, Paris 1997), Position et vérité (Kritikè, Athènes 1997, en grec), Théorie de la connaissance et méthode chez Hegel (Hestia, Athènes 2000, en grec), La chose même (Nèsos, Athènes 2001, en gec), Sens et domination (Hestia, Athènes 2007, en grec), La logique du capital. Une introduction critique à Marx et Weber (Hestia, Athènes 2018), et il a dirigé les ouvrages collectifs La démocratie en exil. Un guide pour la pensée de Rousseau (Nèsos, Athènes 2012, avec Rojda Azizoglu) et Hegel and Scepticism (de Gruyter, Berlin-New York 2017, avec J. Kozatsas, St. Synegianni et Kl. Vieweg). Il a enseigné à l’Université de Crète et est professeur de science politique à l’Université Panteion de sciences sociales et politiques (Athènes). Jean-François Kervegan l’a invité à faire une série de conférences sur Hegel en 2012-2013 à l’Université Paris I. Il est Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques.
 

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.