11.11.2021 – Devancer la crise : Vers une industrialisation à base de minéraux en Indonésie?

Jacob Nerenberg (ZMO Berlin)

Marchés de travail instables, inégalités entre régions, et dépendance sur la rente provenant des ressources naturelles sont trois problèmes qui caractérisent la situation économique de nombreux pays du Sud. Certains gouvernements poursuivent des politiques d’ « industrialisation à base de ressources » ou de « downstreaming » afin de confronter ce triple fléau en dirigeant des investissements vers le traitement et la transformation de matières premières. Le but est de créer des emplois en circulant la valeur autrement « perdue » par le biais des exportations primaires. Le secteur des mines et des métaux en Indonésie est à l’avant-garde de cette tendance, et les investissements en provenance de la Chine y jouent un rôle important. De nouveaux mécanismes légaux et financiers encouragent des projets intégrés d’extraction, de traitement et de manufacture dans l’est du pays. Les politiciens qui font la promotion de ces politiques annoncent une transformation du développement économique national, jusqu’ici basé surtout sur l’agriculture, la fabrication d’assemblage (concentrée à l’ouest du pays) et l’exportation des matières premières (surtout depuis l’est). Certains commentateurs internationaux s’inquiètent d’un « nationalisme de ressources » qui amènerait une nouvelle concurrence internationale et réduirait la dépendance de l’Indonésie sur l’Occident. Cette présentation analyse les politiques de downstreaming vis-à-vis de la vulnérabilité des marchés de travail face à la fluctuation monétaire et des prix sur les marchés mondiaux. Elle compare deux régions de l’est du pays : le Sulawesi central, site d’une installation intégrée pour la fabrication de produits à base de nickel ; et la Papouasie, où l’absence de fonderie pour transformer les minerais extraits exacerbe les doléances d’un mouvement indépendantiste. Cette comparaison illustre l’enchevêtrement de la question de l’inégalité entre régions et du défi de créer le marché domestique nécessaire à l’industrialisation.

Jacob Nerenberg est chercheur postdoctoral au Leibniz-Zentrum Moderner Orient, où il est membre du groupe Environnement et justice. Il détient un doctorat en anthropologie de l’Université de Toronto. Sa recherche se penche sur la politique du développement dans la région de Papouasie à l’est de l’Indonésie, et examine l’interaction d’agendas de développement basés sur l’agriculture, l’entrepreneuriat, les infrastructures et l’exploitation minière.


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.